Au musée, le tissage est très présent. La pièce maîtresse de cette animation est un métier à tisser datant du XVIII siècle. C’est Annel Hurtrez, d’origine nordique, Bretonne d’adoption qui fait fonctionner cette formidable machine sauvée de l’oubli. Le mouvement dans un petit claquement sec et régulier rappelant celui d’une horloge, fascine l’observateur. L’œil est attiré par les fils de lin tendus qui captent la lumière du jour à travers la petite fenêtre. Sous les pieds de notre tisserande, les deux pédales de facture rustique entrent en action pour que les fils de la chaîne se lèvent et s’abaissent dans une coordination savante. « J’ai calculé qu’il me faut 12 heures pour réaliser une longueur d’un mètre de toile. » Elle s’est documentée sur l’histoire de la Bretagne dont la prospérité au XVII ème  et XVIII ème siècles était due au tissage, source de richesse : « les gens fabriquaient de la toile de lin pour l’exporter vers l’Angleterre et l’Espagne. La marine de cette époque avait, elle aussi besoin des services des tisserands pour confectionner leurs voiles de chanvre. Pour différentes raisons, cette activité  a périclité. » Elle a toujours plaisir à partager son savoir avec les visiteurs.

Catégories : Tissage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *