Dans les années 2000, nous nous déplaçons à Pleumeur-Bodou, pour des démonstrations de vieux métiers. Une dame des environs veut me voir et me raconte l’histoire d’un homme, condamné au bagne de Cayenne. L’affaire se passe dans la première moitié du 19è siècle. Une personne est assassinée et le tribunal de Lannion condamne au bagne de Cayenne, un homme des environs.

Plusieurs années plus tard, une autre personne sentant venir la mort, appelle chez elle le Maire, le curé et la gendarmerie et fait part que c’est lui l’auteur de l’assassinat. Il expose aux personnes présentes toutes les circonstances de son acte. Bien sûr, il a fallu plusieurs années pour que le tribunal de Lannion revoit l’affaire et reconnaisse l’innocence de la personne qui se trouve au bagne. Le temps que la nouvelle arrive dans les Antilles est encore long. Le bagnard est libéré et en remerciements, il fait don de ses fers à la vierge de Saint Carré, commune de Lanvellec. Je me rends là-bas avec notre forgeron, Alain BOULIC. Et, avec la permission des responsables de la chapelle de St Carré, nous entrons dans le bâtiment et, en hauteur, accrochés à une poutre, nous apercevons les fers du bagnard. Alain BOULIC prend les mesures des objets, ce qui fait que nous avons maintenant au musée, la réplique des entraves du bagnard.

Notre forgeron prend un grand plaisir à revêtir les demoiselles de passage au musée, de la tenue du bagnard pour les entraver avec la copie des fers. En tout cas, équipées de cette façon, il leur est impossible de tenter une évasion

Catégories : BilletsForge